Libri 91-92

Erri De Luca

LA NATURE EXPOSÉE

Trad. Danièle Valin / Éditions Gallimard / 176 p. / 16,50 €

« “Comme tu peux le voir, il s’agit d’une œuvre digne d’un maître de la Renaissance. Aujourd’hui, l’Église veut récupérer l’original. Il s’agit de retirer le drapé”. J’examine la couverture en pierre différente, elle semble bien ancrée sur les hanches et sur la nudité. Je lui dis qu’en la retirant on abîmera forcément la nature. “Quelle nature ?”. La nature, le sexe, c’est ainsi qu’on nomme la nudité des hommes et des femmes chez moi ». Réflexion sur le sacré et le profane, sur la place de la religion dans nos sociétés, Dans ce roman, Erri De Luca souligne plus que jamais le besoin universel de solidarité et de compassion.


Luca Masali

KADHAFI, LE FOOT ET MOI

Trad. Serge Quadruppani / Éditions Métailié / 324 p. / 21 €

Début des années 1980. Dans une Turin dominée par la Fiat, où les Brigades rouges tirent leurs derniers coups de feu, Giovanni Oddone, petit dealeur et demi-maquereau passionné par le football et les grosses voitures, est arrêté à la suite d’un imbroglio qui lui vaut d’être accusé de terrorisme. Mais, du fond de sa prison, il va se lancer dans une entreprise à la mesure de son hilarante mégalomanie : monter une arnaque grandiose impliquant la Fiat, la Toro – l’autre équipe de foot turinoise – et Kadhafi. Roman d’une époque qui brasse l’histoire des luttes sociales, celle de la mondialisation industrielle et la géopolitique de la Méditerranée.


Enrico Malato

DANTE

Trad. Marilène Raïola / Éditions Les Belles Lettres / 384 p. / 29,50 €

Fruit de décennies de recherches, la biographie intellectuelle d’Enrico Malato retrace la vie du poète, témoin sublime de ce Moyen Âge latin et de son écroulement imminent. Attentif à saisir aussi bien l’éclosion de l’homme que celle d’une œuvre rendue complexe par sa riche postérité, Malato met en lumière des pans jusqu’alors ignorés du grand poète florentin. Ce livre instruit le lecteur sur la vie et l’œuvre de Dante mais se propose aussi d’exposer les résultats de patientes recherches, et d’apporter un certain nombre de réponses à des questions d’ordre à la fois biographiques et exégétiques débattues depuis longtemps.


Faustino Coppi, Salvatore Lombardo

COPPI PAR COPPI

Éditions Mareuil / 250 p. / 16 €

Celui qui demeure encore le plus mythique champion cycliste de tous les temps,

celui pour qui l’on inventa le surnom de Campionissimo, celui qui révolutionna son sport et le fit entrer de plein pied dans la modernité, cet Italien au profil d’aigle et à la silhouette de marquis milanais, ce Fausto qui survolait le peloton en infligeant à ses adversaires réduits à l’état de nains de la route des écarts hallucinants, voilà Coppi l’inoubliable et l’inoublié. Faustino Coppi, le fils unique et adulé, tente de révéler l’autre histoire d’un père dont la présence à ses côtés est permanente. Plus qu’un livre de sport, une ode poétique au champion ultime.


Collectif

LE PETIT GUIDE DE SURVIE EN ITALIE

Éditions Larousse / 160 p. / 5,99 €

Ce petit guide pratique et plein d’humour va vous aider à préparer votre voyage et à faciliter votre quotidien au pays de la dolce vita si vous n’êtes vraiment pas à l’aise avec la langue italienne. 18 chapitres sur les différentes étapes de votre séjour (arrivée, repas et soirées en famille, sorties en groupe ou en solo…). Les mots et expressions indispensables pour vous aider dans toutes les situations. Des astuces pour éviter certains pièges. Les expressions et les mots qui sauvent. Des conseils pratiques. Des informations sur la culture italienne et sur les visites incontournables. Dans la même collection, dictionnaire italien 100 % visuel.


Pascale Lismonde

LE GOÛT DE FLORENCE

Éditions Mercure de France / 128 p. / 8 €

Anthologie littéraire. En compagnie de Marcel Proust, André Suarès, Mary McCarthy, Jean Giono, Stendhal, Tabucchi, Henry James, Marinetti, Albert Camus, et bien d’autres, balade dans une ville où les noms des illustres familles florentines rythment la topographie des palais et des rues. Où l’on comprend que dans sa géométrie subtile, son sens de l’équilibre et ses savantes proportions, partout l’art florentin affirme le règne de l’intelligence, la victoire de la raison sur les débordements émotionnels, le triomphe de la civilisation sur la barbarie.

Dans le même numéro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

close
Facebook IconTwitter IconGoogle PlusGoogle Plus
close
Facebook IconTwitter IconGoogle PlusGoogle Plus