Bon anniversaire, Pinocchio !

Né il y a 130 ans, il demeure le pantin le plus célèbre d’Italie et du monde. En voici les raisons.

Il était une fois… « un roi » diront tout de suite les plus jeunes. Non, vous vous trompez. Il était une fois un « morceau de bois ». En commençant ainsi, Carlo Lorenzini, plus connu sous le nom de Carlo Collodi (1826-1890), voulait signifier, dès le départ, que son histoire ne serait pas comme les autres. En effet, l’histoire de Pinocchio, pantin de bois aspirant à devenir un enfant en chair et en os, est bien plus que cela : aujourd’hui, 130 ans après sa première publication, La Storia di un burattino (l’histoire d’un pantin – premier titre de l’ouvrage) serait le livre le plus vendu et le plus traduit (dans 240 langues), après la Bible et le Coran. Mais quel est le secret de ce succès mondial et durable ?

Des débuts difficiles
Si cela n’avait tenu qu’à Collodi, Pinocchio aurait eu une vie assez brève : le premier épisode publié dans le Giornale per i bambini le 7 juillet 1881, ne devait être suivi que de quatorze autres épisodes. Dans le quinzième, le pantin finissait pendu à la branche d’un arbre : « Il ferma les yeux, ouvrit la bouche, laissa pendre ses jambes puis, après un dernier spasme, se figea au bout de sa corde. » « C’est alors que le Giornale, qui sortait tous les jeudis, jour sans école dans la toute nouvelle Italie, fut inondé de lettres d’enfants qui protestaient contre la mort prématurée de leur héros, et les éditeurs firent faire marche arrière à Collodi », explique Giulia Donato, auteure d’un livre sur Pinocchio. Ces « enfantillages » (c’est ainsi que l’auteur définissait son récit à épisodes qui, en 1883, devint un livre à part entière avec le titre définitif Le avventure di Pinocchio), durèrent jusqu’à ce que – comme l’annonce le sommaire du chapitre 36 – « Pinocchio cesse enfin d’être un pantin et devient un petit garçon. » Mais pour commencer, une présentation du « morceau de bois » s’impose…

Anita Rubini

Bottone Radici

Dans le même numéro