Buon anno nuovo!

Rocco Femia

Chers lecteurs et chères lectrices,

Encore une autre année passée en compagnie de RADICI : la douzième.

Malgré les difficultés liées à la crise économique, à celle de l’industrie du livre, nous sommes aujourd’hui plus vivants que jamais, prêts à affronter, avec vous, une nouvelle saison d’informations sur l’Italie, son actualité, son histoire et sa culture.
Mais c’est surtout à vous que revient ce mérite : à vous qui vous abonnez, qui achetez la revue en kiosque, qui nous suivez sur Internet.
Au cours des nombreux voyages que nous avons effectués partout en France, mes collaborateurs et moi-même, sans oublier le Groupe INCANTO et son spectacle sur l’émigration italienne, nous avons rencontré beaucoup de lecteurs qui nous ont dit :
«Nous attendons RADICI comme on attend un cadeau : avec impatience, déjà depuis le moment où nous terminons la lecture du dernier numéro».
Un compliment qui va droit au cœur.
C’est vrai, la racine de notre magazine est en chacun de nous. Dans cette beauté du cœur qui vaut bien plus que le talent.

En 2014, avec toutes nos limites, nous vous avons offert notre contribution à la connaissance de l’Italie, de son histoire, de sa culture, de son actualité et de sa magnifique langue. Nous ne vivons pas de scoop, mais d’informations sérieuses et le plus possible variées, qui touchent, dans le cadre des différentes rubriques, à tous les aspects de l’Italie. Et c’est une grande fierté lorsque même des abonnés italiens francophones nous disent comprendre mieux, grâce à RADICI, certains événements qui concernent la Péninsule.
Voilà quelques exemples seulement qui témoignent d’une revue à la fois moderne et attachée à ses racines historiques et culturelles.
Une revue qui veut aider à renouveler l’information sur l’Italie en France. Pendant trop longtemps, en effet, la presse italienne à l’étranger a vécu d’auto-référentialité, d’un réseau de relations presque uniquement issues de l’émigration et des associations qui en on découlé. C’était déjà bien et nécessaire, avec des moments lumineux. Mais ce réseau n’est pas éternel. Il avait besoin de se renouveler et de s’ouvrir à tous : aux Français d’origine italienne, bien sûr, mais aussi et surtout aux Français tout court, passionnés d’Italie.
En ce sens, RADICI a eu, sans aucun doute, le mérite de montrer un nouveau chemin. Une nouvelle manière d’informer sur l’Italie. C’est certainement l’une des raisons qui lui on permis de devenir, en un peu plus de 10 ans, la revue sur l’Italie la plus diffusée en France.
En paraphrasant Cocteau, on pourrait presque dire que l’Italie est la serre où poussent les racines. La France est la boutique où on vend les fleurs.

Mais vous le savez bien, chers lecteurs, pour faire une revue de qualité, nous avons besoin de vous. L’engagement pour une information de qualité a un coût.
Parce que les journalistes, les collaborateurs, les graphistes, les illustrateurs, les photographes doivent être rémunérés. Même si ce n’est pas toujours comme ils le méritent ni comme nous-mêmes le souhaiterions.
Parce que le papier est de plus en plus cher, de même que l’imprimerie et toutes les autres dépenses nécessaires à l’envoi de RADICI directement chez vous.
Mais aussi parce que le progrès technologique exige un développement constant, que nous entendons mettre en œuvre à travers de nouveaux projets et investissements, essentiellement sur notre site internet. Ainsi la création d’une web-télé bilingue à laquelle nous sommes en train de travailler, mais aussi le développement de nos liens avec d’autres revues italiennes.
Car on ne peut rêver que si l’on a les pieds sur terre. Plus les racines sont profondes, plus les branches sont porteuses. C’est pour cela que nous avons besoin de vous, qui nous achetez en kiosque (certes, aujourd’hui uniquement à Toulouse, mais bientôt aussi à Paris et Marseille). De vous, très nombreux, qui vous abonnez à l’édition papier et bientôt aussi à l’édition digitale en pdf sur laquelle nous sommes en train de travailler, grâce aussi à une application « radici » qui proposera des offres multimédias et services interactifs qui, nous l’espérons, vont vous plaire.
C’est pour toutes ses raisons que nous demandons à ceux qui sont abonnés depuis la première heure (peut-être depuis ce printemps 2002, quand RADICI n’était seulement qu’un rêve), mais aussi à ceux qui nous ont rejoints par la suite, de nous renouveler leur confiance.
Et surtout à ceux qui n’ont jamais essayé de nous lire de commencer à le faire. Offrez-nous l’opportunité de vous convaincre.

Nous l’avons toujours dit et nous le répétons encore : faire de l’information sur l’Italie à l’étranger ne veut pas dire faire un journal neutre, indifférent. Nous sommes fiers de prendre position, en tâchant de toujours distinguer les faits des opinions, sans jamais renoncer aux uns ni aux autres. Naturellement, il nous arrive parfois de faire fausse route ; mais nos lecteurs sont là pour nous alerter et leurs conseils nous permettent souvent de rester fidèles à notre ligne éditoriale.
En cette année 2015 qui commence, donc, continuez avec passion et intelligence à être à nos côtés pour poursuivre cette aventure et la faire progresser. Vous aiderez ainsi la communauté de RADICI, toujours plus nombreuse, à grandir et à proposer des initiatives et des activités toujours plus intéressantes.
Comme par exemple celle des 7 et 8 février 2015 : « RITALS, histoires d’une émigration ». Deux jours consacrés à la présence italienne en France et tout particulièrement à Toulouse, en Midi-Pyrénées, où la revue est née.

Tout d’abord une journée de tables rondes, le samedi 7 février de 10h à 19h à l’Hôtel de Région Midi-Pyrénées. Un colloque organisé avec la Région et au cours duquel nous accueillerons différents intervenants de renom. Des historiens comme Marc Lazar, Marie-Claude Blanc-Chaléard, Laure Teulières, des réalisateurs de cinéma comme Giuliano Montaldo, Giuseppe Tornatore, Andrea Segre, mais aussi Jean Gili, Bruno Putzulu, Jean-Pierre Furlan.
Le dimanche 8 février à 17h30, à la Halle aux Grains de Toulouse, nous proposerons le spectacle du Gruppo INCANTO : « ITALIENS, quand les émigrés c’était nous », organisé avec l’important soutien de la Mairie de Toulouse.

Pour toutes ces bonnes raisons, nous vous attendons nombreux à ces deux rendez-vous.

(Pour plus d’informations, veuillez appeler la rédaction au 05 62 17 50 37).

Continuez donc de vous abonner. Vous, vos amis, vos enfants. Car comme le dit l’adage : On ne peut donner que deux choses à ses enfants : des racines et des ailes.

Buon anno a voi tutti.

Rocco Femia
Directeur de la publication

adesivo2

72964_10200197204800129_1728511993_n

402282_10200197180799529_1076737507_n

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *