« Prima della rivoluzione » : le film de Bertolucci en DVD

Prima della rivoluzione

Prima della rivoluzione n’aura pas meilleur accueil en Italie. Le film, peut-être le plus personnel de l’auteur, raconte l’éducation sentimentale et politique d’un jeune bourgeois
Fabrizio, qui voudrait et ne voudrait pas s’évader de son monde en militant au PCI et en aimant « autrement » : il quitte sa fiancée officielle, une jeune fille racée et belle comme le marbre, et se jette dans les bras de Gina, la soeur de sa mère. Mais en amour, comme en politique, Fabrizio est de ceux qui se laissent entraîner. Amour irrégulier et passion politique se révéleront tels qu’ils ont toujours été, des sortes de vacances. « Je croyais vivre les années de la révolution, confesse finalement Fabrizio, alors que je vivais les années d’avant la révolution. Pour les gens comme moi, c’est toujours avant la révolution. »

Film sur « l’ambiguïté, l’incertitude, l’impossibilité pour un bourgeois d’être marxiste », auto exorcisme courageux d’un réalisateur de vingt-trois ans, Prima della rivoluzione a des moments mémorables, comme les séquences finales qui décrivent la reddition du personnage et sa récupération dans la prison d’un mariage bourgeois modèle. Il n’est pas étonnant que les jeunes de 68 se soient retrouvés dans l’inquiétude de Fabrizio.

On retrouve certains traits marquants de la personnalité de l’auteur dans Prima della rivoluzione : une veine lyrique – l’élégie du temps qui fuit, le thème des illusions perdues -, la prédilection pour une structure ouverte « en blocs lyriques » (Morandini), pour le récit impressionniste et digressif, une sûreté technique et une préciosité de forme à la limite de la virtuosité et du maniérisme.

Aldo Tassone


http://www.tamasadiffusion.com/


Résumé

Fabrizio, digne représentant de la haute bourgeoisie de Parme, vient de rompre avec Clelia. Influencé par l’un de ses amis, l’instituteur Cesare, il se laisse tenter par les idées marxistes.

Agostino, un jeune homme qui s’est enfui de chez ses parents, recherche l’amitié de Fabrizio. Mais ce dernier ne peut l’héberger, car sa tante, Gina, vient lui rendre visite. Créature névrosée entourée d’amants, Gina parvient à le séduire…

[metaslider id=3847]


Fiche Artistique

Adriana Asti-  Gina

Francesco Barilli – Fabrizio

Allen Midgette – Agostino

Morando Morandini – Cesare

Cristina Pariset – Clelia

Cecrope Barilli – Puck

Fiche Technique

Réalisation – Bernardo Bertolucci

Scénario – Bernardo Bertolucci – Gianni Amico

Musique – Ennio Morricone

Produit par Iride Cinematografica

distribution Tamasa avec le soutien du CNC

Italie – 1964 – 1h55 – N&B – 1,85 – Mono – Version restaurée.

Dans le même numéro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *