Fabrizio De André est un auteur-compositeur-interprète italien, né à Gênes le 18 février 1940 et mort à Milan le 11 janvier 1999. La plupart des textes de ses chansons racontent les histoires d’exclus, de rebelles et de prostituées, et elles ont été considérées par la plus grande partie des critiques comme d’authentiques poésies, et inclues dans les anthologies scolaires de littérature italienne.
D’inspiration anarchiste, Faber (comme il était surnommé par ses amis), en plus de 40 ans de carrière, enregistra treize albums, en valorisant en outre des langues mineures comme le ligure, le napolitain et le gallurais; également traduit de nombreuses chansons en italien, par exemple, de nombreux textes de sa principale source d’inspiration, Georges Brassens qu’il considère comme son maître. Il trouve également son inspiration chez Bob Dylan et Leonard Cohen
Durant sa carrière, de 1958 à 1997, Fabrizio De André enregistra 13 disques; il est devenu l’un des chanteurs préférés d’Italie. La qualité de ses chansons et de leur interprétation lui ont valu la reconnaissance et l’attachement très fort de tous les Italiens (et de quelques français amoureux de la culture italienne) qui l’ont apprécié comme interprète et comme poète.

C’est au milieu des années 60 que Fabrizio De André se fait connaître avec La canzone di Marinella présente dans ce spectacle. Fabrizio De André chante l’amour avant tout et il prend la défense des exclus, des opprimés, des marginaux. Un système de pensée anarchiste le suivra durant toute sa carrière; dans ses chansons, il dénonce la guerre avec Andrea et La guerra di Piero, ou le massacre des Indiens d’Amérique (Fiume Sand Creek), ou bien chante une prostituée (Via del Campo, Bocca di Rosa), ou un larron sur la croix qui met en évidence l’hypocrisie qu’une certaine foi en Dieu voudrais mettre en pratique les Dix Commandements (Il testamento di Tito).
Si Fabrizio De André a contribué à faire connaître de nombreux auteurs étrangers en Italie, et s’il a, comme Léo Ferré, chanté, accompagné d’une formation rock, sa musique intègre aussi les traditions musicales des différentes régions italiennes.
C’est pour ces raisons que connaître et écouter De André signifie avant tout écouter l’histoire d’un pays : l’Italie.
« Hommage à De André  » c’est une manière pour repartir avec celui qui est considéré l’auteur compositeur par excellence, sans doute le plus prestigieux et profond de la musique italienne du XX° siècle. Nous avons choisi de lui consacrer un spectacle parce que depuis longtemps, trop longtemps De André est resté inconnu en France. Parce que beaucoup de chanteurs italiens qui aujourd’hui vous aimez et qui ont connu un grand succès dans l’hexagone, le doivent à De André.
Un De André passionné d’humanité, de terre dans le sens noble du terme, expert infatigable de méandre de l’âme humaine et passionné des différences. Cependant ce spectacle n’est pas « un faire mémoire » de quelqu’un qui n’est plus là. Il n’y a pas de sens à raconter la mort de quelqu’un quand celui-ci continu à vivre et être d’actualité avec sa voix et ses chansons.
« Hommage à De André  » c’est une production RADICI.
Les textes sont de Andrea Sceresini et Rocco Femia.

Procains spectacles

Prochains spectacles

  • Non disponibles