Mort aux Italiens !

18.00

Nouvelle edition revue

Enzo Barnabà

250 pages
18 € + 3€ frais de port (France)
ISBN: 9791092161274
Catégorie :

Description

La tuerie d’Aigues-Mortes, qui coûta la vie à 10 ouvriers italiens lynchés par une foule en furie, le 17 août 1893, constitue un exemple emblématique de ce que peut devenir la folie humaine, exacerbée par la xénophobie.

Elle nous rappelle combien la vigilance face à de tels débordements est nécessaire, à toutes les époques et dans toutes les sociétés. Récit d’un épisode qui, du particulier, s’adresse à l’universel.

Le livre d’Enzo Barnabà sur le massacre de nos émigrants à Aigues-Mortes est une bouffée d’oxygène. Parce que c’est uniquement en rappelant que nous avons été un peuple d’émigrants victime de haine raciste […], que l’on pourra éviter qu’aujourd’hui, demain ou après demain ne se répètent de nouvelles chasses à l’homme. Plus jamais d’Aigues-Mortes, plus jamais.
(Postface de Gian Antonio Stella).

Un exemple unique, permettant de comprendre peut-être une actualité très récente […], quel qu’en soit à chaque fois le décompte funèbre. L’ouvrage de Barnabà s’inscrit dans cette plus longue histoire, au-delà de l’horreur d’Aigues-Mortes […]. C’est à ce titre que son étude peut encore être utile dans notre contemporain immédiat et rendre quelque service à tous ceux qui se préoccupent non de formules – sur l’accueil de l’autre ou le métissage, par exemple – mais de faire pièce à des tendances politiques bien réelles fondées sur le repli identitaire et la crispation nationaliste. (Préface de Jean-Charles Vegliante).

L'auteur

Enzo Barnabà est né en 1944. Il a poursuivi des études de langue et littérature françaises à Naples et à Montpellier, et d’histoire à Venise et à Gênes. Il a enseigné le français et la littérature française dans différents lycées de la région de Venise et de Ligurie, et a travaillé en tant que lecteur d’italien au sein de l’université d’Aix-en-Provence. Il a également été enseignant-attaché culturel à Abidjan (Côte d’Ivoire), à Shkoder (Albanie) et à Niksic (Montenegro).Il vit aujourd’hui à Grimaldi di Ventimiglia où la Riviera italienne s’unit à la française