Gianluca Vialli il y est arrivé. 17 mois après le premier diagnostic, après deux ans de calvaire, le cancer du pancréas sa pris les distance. Gianluca Vialli, ce grand champion de foot italian, homme d’intelligence et de sensibilité rares, est enfin sorti du cauchemar. Bien que, dans ces cas, la route soit très longue et le mot fin l faut le prononces « doucement ». En ce moment si difficile pour tous, Vialli a voulu adresser une pensée à son pays qui l’a soigné. Quelques mots, simples, mais très forts. « Il peut sembler étrange – a-t-il dit – mais en ce moment je me sens plus chanceux que beaucoup d’autres. J’aimerais que la fameuse phrase ‘Ce qui compte c’est la santé’ devienne vraiment centrale. Je voudrais que nous n’acceptions plus de coupes budgétaires dans la santé publique, que les ponts ne s’écroulent plus et que la sécurité des personnes devienne une priorité. J’aimerais qu’on se rebelle contre ces villes infestées de smog qui tue ». Tu as raison, Luca. Grand champion et grand homme.