Il faut aller voir et revoir encore Fuocoammare de Gianfranco Rosi. Ce documentaire bouleversant a reçu l’Ours d’Or de la Berlinale 2016. Il évoque avec poésie et sobriété la situation de l’île de Lampedusa. D’un côté, le quotidien normal des habitants, notamment des pêcheurs et de Samuele, un enfant truculent qui mène sa vie avec ses joies, ses doutes et ses petits soucis. De l’autre, l’arrivée des migrants dans des conditions abominables qu’essayent de sauver la Marine italienne et le médecin local, Pietro Bartolo, lequel s’efforce de conserver sa profonde humanité face à ces tragédies à répétition. Deux mondes parallèles qui s’ignorent. Une parfaite parabole de ce qui se passe en Italie et en Europe où l’on cherche par tous les moyens à contenir les flux de migrations et à occulter la réalité vécue par ceux qui tentent cette folle et dramatique aventure.

Marc Lazar

Abonnez-vous à RADICI pour lire la suite de l’article