L’art et l’absinthe : la culture de la bohème italienne

Anticonformistes et visionnaires, les Scapigliati furent les rebelles des années 1860.

«Une certaine catégorie d’individus, entre vingt et trente-cinq ans, le plus souvent brillants, avant-gardistes, indépendants comme l’aigle des Alpes, enclins au bien autant qu’au mal, inquiets, tourmentés, turbulents, tiraillés entre leur condition et leur statut, c’est-à-dire entre ce qu’ils ont dans la tête et ce qu’ils ont dans la poche ; en raison de leurs manières particulièrement excentriques et désordonnées, ils méritent d’être classés dans une nouvelle sous-catégorie particulière de la grande famille civile, comme ceux qui y forment une caste singulière, distincte de toute les autres. » C’est ainsi que Cletto Arrighi – anagramme de Carlo Righetti –, journaliste, écrivain et homme de théâtre milanais, décrit les Scapigliati en 1858, en publiant une première version de son roman La Scapigliatura ed il 6 febbraio dans l’Almanacco del Pungolo. La date faisait allusion au 6 février 1853, jour de répression sanglante d’une révolte mazzinienne. Il y décrivait à la perfection ces jeunes révolutionnaires de l’art, utilisant précisément le mot Scapigliatura, déjà présent dans des textes de Dante, Boccace et Parini, et qui, désormais, désignait « une classe nombreuse, inconsciente de ses propres forces, voire de sa propre existence, propagatrice d’utopies brillantes, foyer d’idées généreuses, âme de tous les éléments géniaux ».

Marco Chiodetti

Bottone Radici

Dans le même numéro