Rocco Femia

Ces derniers jours, deux femmes sont mortes en France, deux histoires complètement différentes et pourtant le même combat : celui de la cause des femmes et de leurs droits. 
L’une était combattante, l’autre victime. Les deux nous montrent ce qui a été fait, mais ce qu’il reste, hélas, à faire.

L’une est Gisèle Halimi, avocate, féministe et amie de Simone de Beauvoir. S’est battue toute sa vie pour les droits des femmes. Elle est morte mardi dernier, le lendemain de ses 93 ans. Gisèle Halimi (née à Tunis en 1927) était allergique aux injustices et c’est aussi pour cela qu’elle devint l’une des premières femmes avocates de France. 
En 1971, elle signe le fameux « manifeste des 343 » femmes qui admettent avoir eu recours à l’avortement, alors interdit. 
Un an plus tard, elle défend Marie-Claire Chevalier, âgée de 16 ans, accusée d’avoir avorté après un viol. Elle a été dénoncée par son propre violeur, un camarade de lycée. 
Le procès fut emblématique et contribua à faire voter la loi sur l’avortement de 1974.

L’autre est Jacqueline Sauvage, devenue en France le symbole des femmes victimes de violences conjugales. 
En 2015, Jacqueline Sauvage a été condamnée en appel à dix ans de prison pour avoir tué son mari. 
Dans le village du centre de la France, Selle-sur-le-Bied, où il vivait, tout le monde savait que son mari était un ivrogne et un violent, qui battait sa femme et ses filles. En 40 ans de mariage, Jacqueline ne l’a jamais dénoncé, bien qu’elle ait été plusieurs fois aux urgences avec le visage et le corps enflés. Puis, un jour de 2012, après qu’il l’avait battue une énième fois, elle lui a tiré dessus, avec le fusil, alors qu’il était de dos, assis sur la terrasse. Les filles de Jacqueline avaient lancé un appel émouvant au président de l’époque, François Hollande, pour qu’il lui accorde la grâce. 
A leur soutien, une pétition signée par plus de 300.000 personnes, politiciens et associations. Moi même j’etais un des signataires. Et c’est ce qui s’est passé : elle a été graciée en 2016. Elle est morte le 23 juillet dernier à 74 ans. Sa vie est devenue un livre et un film. 

En France, une femme meurt tous les trois jours des mains de son partenaire ou de son ex. Le cas de Jacqueline Sauvage a eu le mérite d’ouvrir le débat sur le principe de la légitime défense « en différé » pour les femmes victimes de violences répétées. 
Mais ce n’est pas encore loi.

Site Web | Plus de publications

Rocco Femia, éditeur et journaliste, a fait des études de droit en Italie puis s’est installé en France où il vit depuis 20 ans et où il a effectué une spécialisation en droit.
Il est fondateur et directeur de la publication du magazine RADICI. Il a à son actif plusieurs publications et de nombreuses collaborations avec des journaux italiens et français.
Livres écrits : A cœur ouvert (1994 Nouvelle Cité éditions) Cette Italie qui m'en chante (collectif - 2005 EDITALIE ) Au cœur des racines et des hommes (collectif - 2007 EDITALIE). ITALIENS 150 ans d'émigration en France et ailleurs - 2011 EDITALIE). ITALIENS, quand les émigrés c'était nous (collectif 2013 - Mediabook livre+CD)