Notre Europe est en train de s’effriter sur les rochers de Vintimille et on fait semblant de ne pas s’en apercevoir. Elle fait naufrage sur les côtes de l’anarchique Libye qu’elle a elle-même créée. Jour après jour, affaiblie par la fausse peur des débarquements de malheureux, l’Europe se désagrège. Et la liste de ses incohérences est sur le point de dépasser les limites plus ou moins légitimes du supportable. Ce que nous voyons, malheureusement, c’est l’Europe de l’immobilisme, l’Europe qui menace de fermer les frontières, de repousser les indésirables, de bombarder les passeurs, de marquer, comme à la pire époque nazie, ceux qui arrivent sur son territoire. Et comme toujours, certains politiques, racistes et xénophobes, proposent de raser les camps de la honte qui, comme par hasard, sont toujours ceux des Roms. À y bien regarder, il semble que cette Europe, au lieu de porter un immense projet voué à changer le destin du Vieux Continent, soit au contraire l’expression de sa division et de sa perdition.

Rocco Femia

Abonnement à RADICI