« Si nous arrêtions maintenant de respecter les règles et d’assouplir les mesures, tous les efforts déployés jusqu’ici seraient vains et nous en paierions le prix fort ».

C’est avec ces mots que le président du Conseil Giuseppe Conte vient d’annoncer en conférence de presse, la prorogation des mesures de restriction jusqu’au moins le 13 avril.
Une décision juste, sacro-sainte, inévitable de la part d’un Premier ministre qui, parmi mille difficultés et aux prises avec la pire opposition de l’histoire républicaine, tient la barre bien droite sans reculer d’un millimètre.
Il y a quelques mois à peine, beaucoup d’entre nous ne pensaient même pas pouvoir imaginer une telle phrase, mais c’est le bon chiix.
J’ai lu que le gouvernement français voudrait assouplir les mesures de confinement. J’espere pas, car ça serait vraiment vanifier tous les efforts que nous avons fait jusqu’à présent. La nuit est longue, mais l’aube tôt ou tard viendra.