Ce nouveau numéro vous propose une approche quelque peu différente de la rubrique « Itinerari ». Nous l’avons consacrée à Venise, dont la sérénité a été mise à rude épreuve par les dernières marées hautes. Les photographies sélectionnées dévoilent bien sûr le visage de la ville la plus belle du monde, mais les mots qui les accompagnent sont de véritables déclarations d’amour à l’égard d’un patrimoine d’une rare beauté, en péril à cause de l’incurie humaine. Sommes-nous si inconscients au point de laisser disparaître l’un des trésors les plus singuliers que nous possédons ? Pour parler de Venise, nous avons fait appel à deux personnalités de grande profondeur humaine et artistique : Andrea Segre, cinéaste vénitien qui a consacré plusieurs documentaires et longs-métrages à la ville, et Vincent Engel, écrivain belge de langue française féru d’Italie. Deux sensibilités différentes mais unies par une passion intense pour Venise, ville natale du réalisateur et ville de cœur de l’homme de plume. En parcourant la rubrique « Personaggio », vous serez accompagné par une autre personnalité de relief, le réalisateur et écrivain Roberto Andò qui livre une réflexion sur l’auteur Leonardo Sciascia. 30 ans après sa mort, l’écrivain sicilien continue de nous interroger aussi bien avec ses écrits sur la politique et la justice qu’avec ses silences. Plus de cinquante ans se sont écoulés depuis le massacre de la Piazza Fontana, à Milan. Les Italiens découvraient alors avec horreur que l’on pouvait aussi mourir d’une bombe en temps de paix, pour des raisons de lutte politique. Ce 12 décembre 1969 a marqué un tournant dans la période de tension qui a caractérisé l’Italie des années 70-80. La démocratie a résisté à des assauts d’une violence inouïe, également lors des années du terrorisme rouge et, malgré tout, elle a réussi à résister sur ses bases solides. Le réalisateur Marco Tullio Giordana évoquera pour nous ce moment tragique, Il était là, ce 12 décembre 1969, non loin de l’explosion. Il avait 19 ans. Pour ne pas oublier, il a réalisé en 2012 le film Piazza Fontana. Ce numéro voit aussi une nouvelle collaboration avec le journaliste Lorenzo Tosa, bloggeur au regard aigu et positif qui, en rejoignant l’équipe des rédacteurs de RADICI, vous partagera son analyse de l’actualité italienne, en particulier sur le phénomène dit des Sardines. À ce sujet, vous pourrez lire également l’interview très instructive faite à Erri de Luca, heureux de cette nouvelle prise de conscience des jeunes et des moins jeunes qui se réapproprient l’espace public. Côté curiosité de l’Histoire, vous découvrirez un fait étonnant. Le conte Camillo Benso di Cavour, père fondateur de l’Unité d’Italie, cachait en lui une âme de paysan. Grand homme d’État, il fut aussi un entrepreneur agricole toujours prêt à innover. La rubrique « Sapori » est consacrée à l’histoire du Grana Padano, peut-être le formage italien le plus connu avec le Parmigiano. Il y en a donc pour tous les goûts, et nous en profitons pour vous souhaiter une belle année 2020 en compagnie de RADICI. Soyez fidèle à l’Italie et à la revue RADICI, abonnez-vous, abonnez vos amis et vos proches à n’importe quel moment de l’année ! Auguri per l’anno nuovo !