Publié en Italie au début du mois d’octobre dernier, le « Rapport 2019 sur l’économie de l’immigration » fait le point sur la valeur économique de l’immigration. Deux données permettent de lire en parallèle la situation de la Péninsule à ce sujet. La première concerne les 2,5 millions de travailleurs étrangers actifs dans le pays qui ont généré 139 milliards d’euros. L’autre met en évidence la fuite préoccupante des jeunes Italiens à l’étranger.

Nous vivons dans un monde dans lequel, hélas, la solidarité n’étant pas une valeur unanimement partagée, la meilleure façon de parler aux gens, si possible en défendant les valeurs auxquelles on croit, consiste à parler à leur portefeuille. Alors les oreilles s’ouvrent grand pour écouter. Mais, me direz-vous, il en a toujours été ainsi. C’est vrai, mais le paradoxe dans lequel vit l’Italie de ce nouveau millénaire est sans précédant.

Rocco Femia