Le rapatriement récent de sa dépouille, en vue de son inhumation dans le Piémont, aux côtés de son épouse, a fait grand bruit. Mais pourquoi Victor Emmanuel III suscite-t-il toujours autant de polémiques ?

Les Italiens l’affublèrent du surnom de « sciaboletta » [petite épée, ndr] en raison de sa petite taille : il ne mesurait en effet qu’un mètre cinquante-trois. Mais l’envergure de Victor Emmanuel III, en tant qu’homme d’État, est depuis des décennies au centre d’âpres discussions. Le personnage présente, en effet, de nombreuses contradictions. Né le 11 novembre 1869, fils de Umberto Ier et de la reine Margherita, le souverain italien s’est éteint en exil, à Alexandrie en Égypte, il y a soixante ans, le 28 décembre 1947. Il est revenu sur le devant de la scène au mois de décembre dernier quand sa dépouille a été rapatriée en Italie pour être ensevelie, aux côtés de celle de son épouse Hélène de Monténégro, dans le sanctuaire de Vicoforte, dans le Piémont.
Ce retour a suscité des polémiques dans toute l’Italie. D’un côté, les membres de la maison Savoie, comme Victor Emmanuel et son fils Emmanuel Philibert, ont demandé son transfert au Panthéon de Rome ; de l’autre, la communauté juive s’est insurgée devant cette requête considérée comme provocatrice et outrageante pour la mémoire des victimes de l’Holocauste. Et de nombreuses autres critiques ont fusé dans tout le pays.
Mais pourquoi tant de haine ? D’un point de vue humain, Victor Emmanuel est décrit comme un individu au caractère dur et cynique, sans doute un peu plus endurci encore par la pratique du pouvoir…

Roberto Festorazzi, FS