Originaire de Nice, cet agriculteur de la vallée de la Roya, à la frontière italienne, a transformé sa ferme en lieu d’accueil pour des centaines de demandeurs d’asile avant d’y créer une communauté paysanne Emmaüs. « Change ton monde » raconte ses luttes mais, et c’est tout aussi intéressant, ce qui l’a poussé à y consacrer sa vie.


« J’ai choisi l’accueil souvenir de mon arrière-grand-mère italienne qui a perdu son bébé en traversant clandestinement les Alpes, en souvenir de ma grand-mère allemande, enfermée par la Gestapo. Pour elles et pour mes parents. Si j’avais laissé ces enfants au bord de la route, ma mère m’aurait engueulé. J’ai préféré affronter la violence des procureurs ».

Nous vous avons déjà raconté l’histoire de Cédric Herrou dans Radici. Je suis allé lui rendre visite plusieurs fois et j’ai la prétention de croire que nous nous sommes bien entendus voire compris. Mais au fond, que sait-on de ce qui l’a vraiment poussé à mener ce combat quatre ans durant pour faire valoir cette valeur, qui nous est commune à vous lecteurs de ce blog et nous qui faisons vivre cette revue, l’ouverture à l’autre ?

« Je savais dès le début que je ne pourrai jamais vraiment être intégré »

« Change ton monde » raconte évidemment toutes les principales étapes du combat de ce militant de l’hospitalité parti vivre un jour dans cette magnifique vallée de la Roya aujourd’hui meurtrie. Cette vallée si chère à son cœur et au sujet de laquelle il écrit : « Je savais dès le début que je ne pourrai jamais être vraiment intégré. Pas besoin de débarquer du Soudan ou d’Erythrée pour être considéré comme un étranger à Breil. Et voilà que j’hésitais à porter secours à d’autres « étrangers » remontant la route ».

Parce qu’aider et surtout s’investir corps et âmes pour son prochain refoulé à la frontière n’a pas tout de suite été une évidence pour celui qui a grandi dans la cité de l’Ariane à Nice. Au début, sollicité par l’association « Roya Citoyenne », s’investir ne le tente pas plus que ça. Celui qui créera un véritable collectif humaniste est plutôt un solitaire au fond. Et puis un jour, plusieurs déclics que le livre révèle, le poussent à se dire : « je devais m’impliquer quitte à perdre ma liberté ». Soit ce qu’il a de plus cher.

Onze gardes à vue pour lui, 469 condamnations pour le Préfet

Il effectuera onze gardes à vue dont une dernière encore récente alors qu’il avait déjà créé Emmaüs Roya, la première communauté paysanne de France du mouvement de l’Abbé Pierre. Ses joutes judiciaires, comment il fit condamner 469 fois en trois ans le Préfet des Alpes Maritimes par le tribunal administratif pour « atteinte au droit d’asile », tout est raconté dans l’ouvrage. Mais pour comprendre la genèse d’un tel engagement, il faut lire la lettre de sa mère au Procureur.

Elle y raconte sa vocation d’assistante maternelle qui a fait des Herrou une famille d’accueil pour « quinze enfants délaissés, de toutes origines, certains battus ou violés » dont deux deviendront les frères et sœurs de Cédric. « Quand Cédric vous dit que ces enfants qu’il voit sur nos chemins et nos routes de la Roya, ce sont ses frères et sœurs, il ne vous ment pas ».

Elle y évoque aussi évidemment sa grand-mère maternelle venue de Sardaigne (famille Colangelo) qui, en 1918, a traversé la frontière italienne à pied par les montagnes et y a perdu son bébé. « Peut-être a-t-elle croisé à ce moment-là les grands-mères de Messieurs Ciotti et Estrosi, qui sait ? » écrit Jackie Herrou au sujet des deux élus qui n’ont jamais facilité la tâche de son fils.

Ceux qui ont la mémoire courte

Un fils qui dénonce volontiers ceux qui ont « la mémoire courte » comme Olivier Bettati, candidat divers droite soutenu par le Front National aux Législatives : « ce fils d’immigrés italiens installés en Argentine puis sur la Côte d’Azur (mais les italiens sont sûrement plus légitimes que les Soudanais à s’établir à l’étranger) ». Bettati exigea notamment la dissolution de « Roya Citoyenne » devant le tribunal de Nice. Il fut débouté et dut verser 5000 euros à l’association.

Cédric Herrou est fier de ces victoires juridiques comme humaines. Mais sans doute l’est-il encore plus d’avoir réinjecté du sang neuf dans sa vallée comme il a toujours voulu le faire depuis qu’il y a débarqué. Ateliers agricoles, micro-ferme ouverte au public, espace de vente directe et lieu d’hébergement pour une dizaine de compagnons. Son nouveau projet du « Bol d’air » devait se monter dans un ancien moulin du village de Breil. Mais entre-temps la vallée a été dévastée par les intempéries. Pas de quoi abattre ce militant de la solidarité et ses désormais compagnons d’Emmaüs.

Change ton monde

de Cédric Herrou

Éditions « Les Liens qui Libèrent »

Date de parution : 14/10/2020
ISBN : 979-10-209-0902-2
272 pages
14.5 x 22 cm

Plus de publications

Patrick Noviello est journaliste à France3 Midi-Pyrénées où il est notamment en charge de l’émission de débat « Dimanche en Politique ». Il enseigne à l’Ecole de Journalisme de Toulouse dont il est issu. Il collabore à Radici depuis 2012. Sa dernière conférence théâtralisée « C’est moi c’est l’italien » aborde, à travers l’histoire de sa famille, les questions liées aux migrations.