Les Mayas ont eu raison: en Italie ça été la fin « du Monti »

L’exécutif des techniciens a duré un peu plus d’un an. Treize mois de larmes et sang, de manœuvres lourdes comme blocs de pierre, de maladresse et succès internationaux. La note qui laisse le gouvernement Monti est salée : 42 milliards d’euros.

Le gouvernement du « Professore » entre en charge officiellement le 18 novembre 2011 avec la confiance presque unanime du Parlement (après que le spread et le Président Napolitano avaient débranché le courant au gouvernement de Berlusconi), est meurt hier après-midi, avec les démissions du Professeur présentées au Quirinale.

401 jours en tout; treize mois qui seront rappelés par l’histoire surtout pour les « remèdes amers » faits avaler à l’Italie pour sauver le navire à un pas du naufrage. Le symbole image restera la promesse d’accoler à la rigueur « croissance et équité » un engagement destinée à rester sans aucune action. Ainsi que les coupes au budget des coûts de la politique qui ne verront jamais la lumière. Mais l’année de Mario Monti a été aussi celle de l’effondrement du spread et du retour de l’Italie au centre des négociations européennes, après qu’Angela Merkel et Nicolas Sarkozy avaient liquidé Silvio Berlusconi entre petits rires et l’évidence que nous n’étions pas fiables.

Mais un chiffre raconte plus que d’autres l’héritage laissé au pays par le gouvernement des techniciens : 42,1 milliards. C’est le montant total des manœuvres « larmes et sang » lancés il y a ces treize mois. S’il n’est s’agit pas de la fin du monde…

Dans le même numéro

The following two tabs change content below.
Rocco Femia
Rocco Femia, éditeur et journaliste, a fait des études de droit en Italie puis s’est installé en France où il vit depuis 20 ans et où il a effectué une spécialisation en droit et un Master en communication. Il est fondateur et directeur de la publication du magazine RADICI. Il a à son actif plusieurs publications et de nombreuses collaborations avec des journaux italiens et français. Livres écrits: A cœur ouvert (1994 Nouvelle Cité éditions) Cette Italie qui m'en chante (collectif - 2005 EDITALIE ) Au cœur des racines et des hommes (collectif - 2007 EDITALIE). ITALIENS 150 ans d'émigration en France et ailleurs - 2011 EDITALIE). ITALIENS, quand les émigrés c'était nous (collectif 2013 - Mediabook livre+CD)
Rocco Femia

Derniers articles parRocco Femia (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *