Libri 85-86

Dante Alighieri

La Divine Comédie
Enfer

Trad. Danièle Robert
Actes Sud / 544 p. / 25 €
Bilingue italien/français

Cette traduction novatrice propose pour la première fois en France, dans son intégralité, une lecture du poème qui prend en compte la structure voulue par le poète, en respectant la dimension orale du texte, son mouvement, sa cadence musicale, ses jeux de sonorités, la vivacité de ton extrême de certains passages versus le rythme plus lent de la méditation, en puisant au cœur même de la création dantesque les éléments caractéristiques de son écriture. Tout en respectant les spécificités des deux langues, Danièle Robert relève le défi consistant à permettre au lecteur d’aller plus avant dans la découverte de la beauté de ce chef-d’œuvre universel.


9791090175488Michèle Teysseyre

LOIN DE VENISE
VIVALDI, ROSALBA, CASANOVA

Éditions Serge Safran / 208 p. / 16,90 €

À l’automne de leur vie, Antonio Vivaldi, Rosalba Carriera et Giacomo Casanova sont exilés de Venise, après y avoir connu la gloire. À Vienne, Vivaldi s’est réfugié chez la veuve Wahler. Musicien prolixe, il s’apprête à composer son dernier opéra. Rosalba Carriera, portraitiste de renom dans l’art du pastel, a la vue qui décline, et elle se retrouve recluse dans sa maison de Dorsoduro. C’est à Dux, en Bohême, que Casanova passe ses vieux jours. Engagé comme bibliothécaire, il consacre son temps à ses Mémoires. Entre ombre et lumière, farce et tragédie, la romancière nous plonge au cœur du quotidien de trois des personnages les plus emblématiques de Venise.


VIAAPPIAJacques de Saint Victor

VIA APPIA. VOYAGE SUR LA PLUS ANCIENNE ROUTE D’ITALIE

Éditions des Equateurs / 313 p. / 21 €

En descendant la Via Appia, cette route mythique qu’empruntaient les légionnaires romains, les éléphants d’Hannibal, les esclaves de Spartacus et les chars de César, Jacques de Saint Victor nous invite à un voyage peu commun. Outre le fait qu’il déteste la marche et ne se départit jamais d’un décapant sens de l’humour, l’auteur est l’un des plus fins connaisseurs de l’Italie. Au volant de sa vieille Panda, il nous introduit dans l’Italie profonde. Loin des tours opérateurs, des exploits sportifs et de l’égotisme gratuit, c’est une plongée au cœur des mythes, au croisement des grandes cités antiques et de l’ultra-violence des mafias d’aujourd’hui. Suivre l’Appia, la plus ancienne route de l’Occident unissant le christianisme et le paganisme, l’Antiquité et le Moyen Âge, l’Occident et l’Orient, c’est retourner au berceau de la civilisation et de la vie publique.


sans-dessus-dessousMilena Agus

SENS DESSUS DESSOUS

Trad. Marianne Faurobert
Éditions Liana Levi / 160 p. / 15 €

Mr. Johnson, le monsieur du dessus, a toujours les lacets défaits et des vestes trouées. Pourtant, c’est un violoniste célèbre qui vit dans le plus bel appartement de l’immeuble, avec vue sur la mer. Anna, la voisine du dessous, partage un petit entresol obscur avec sa fille, taille ses robes dans de vieilles nappes et fait des ménages. Pourtant, elle cache dans ses tiroirs des dessous coquins et des rêves inavoués. Ces deux-là, plus tout jeunes, débordants de désirs inassouvis, étaient faits pour se rencontrer. Dans les escaliers, où montent et descendent des voisins occupés par une farouche quête du bonheur, se tricotent à tous les étages situations rocambolesques, amours compliquées, jalousies absurdes. Mais n’est-ce pas là la clef de voûte de toute vie? Observatrice indiscrète, pourfendeuse de la normalité, Milena Agus fait la chronique de ce microcosme.


004028349Erri De Luca

LE PLUS ET LE MOINS

Trad. Danièle Valin
Gallimard / 208 p. / 14,50 €

Ischia, Naples, Turin, Paris, les Dolomites – les indications géographiques qui parcourent les trente-sept textes réunis ici sont autant de points de repère biographiques de la vie d’Erri De Luca. La liberté rencontrée dans la nature tout autant que dans les luttes politiques, la fraternité entre travailleurs et le partage avec l’étranger, la lecture de la Bible et la figure de l’ange, voilà quelques-uns des motifs que tisse l’écrivain italien dans Le plus et le moins. Un livre inclassable et iconoclaste qui éclaire l’œuvre et le parcours d’un des auteurs les plus singuliers de notre temps.


la_prime_lumiere-e1456924137578Emanuele Tonon

LA PRIME LUMIÈRE

Trad. Laurent Lombard
Éditions Verdier / 128 p. / 15 €

C’est vrai : elle est morte. Elle, c’est la mère du narrateur. Originaire d’un petit village de Calabre, issue d’une famille pauvre, mariée de force, partie s’installer dans le Nord de l’Italie, loin du courroux familial, afin de porter jusqu’à terme l’enfant qui était en elle, le fruit du mal – un viol. Cet enfant, c’est Emanuele. Dont la vie bascule lorsque, trentenaire, sa mère meurt soudainement. Le texte est une prise de conscience radicale qui devient un long cri de désespoir où le narrateur chante son amour et son déchirement. C’est aussi le cri de révolte d’un écrivain contre le sort des pauvres impitoyablement délaissés par Dieu et par les hommes. Le récit est empli d’un sentiment de solitude infinie et de colère, il a la profondeur d’une douleur sans larmes.

Dans le même numéro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *